Les Faunesses

liane-pougy-rose-demay

Commençons par établir un fait : les faunesses n’existent pas. Dans la mythologie grecque, les faunes – appelés les satyres – sont uniquement mâles. Mi-humains mi-boucs, ces demi-dieux musiciens et chamailleurs folâtrent dans les bois et les campagnes encore sauvages, harcèlent les nymphes et rudoient les êtres humains qui croisent leur route.

Les faunesses quant à elles sont une invention romaine dont les artistes s’empareront au cours des siècles suivants. Le wikitionnaire les définit de cette façon : « sorte de nymphe lascive dont l’aspect rappelle celui du faune ». Nous retrouvons ici un mécanisme familier qui réduit le féminin à une sorte de pâle reflet ou de déclinaison fruste du masculin et lui attribue comme fonction première la séduction.

Les-faunesses-2
Une évocation des faunesses? (“Les saisons” par Alphonse Mucha – Source gallica.bnf.fr / BnF)

Cette définition, bien évidemment, n’est pas la mienne. Et puisque les faunesses n’existent pas, nous avons toute liberté de les (ré)inventer.

Lorsque je m’efforçais de trouver un point commun aux personnalités si diverses dont j’ambitionnais d’esquisser le portrait, c’est ce mot de « faunesse » qui m’est venu à l’esprit. Il traduisait selon moi leur dualité fascinante – à la fois déesses lointaines dont la beauté agite l’imagination et les désirs, mais aussi figures terriblement humaines : imparfaites, problématiques, faibles, rebelles, coupables, pécheresses, têtues – voire bornées, destructrices, violentes, colériques, injustes, cruelles, infréquentables et impubliables…

Pour tenter de cerner toute la complexité de ces artistes, aventurières et pionnières, vous trouverez ci-dessous des biographies qui seront complétées par des articles thématiques. 

Tous les liens ne sont pas encore actifs, mais prendront vie à mesure de l’avancée de mes recherches.


Les Faunesses :

Natalie Clifford Barney, Renée Vivien, Romaine Brooks, Elisabeth de Gramont, Liane de Pougy, Dorothy Wilde, Djuna Barnes, Berthe Cleyrergue, Nadine Hwang, Lucie Delarue-Mardrus…

Et, pour ne pas se limiter aux cercles de Natalie Barney : Virginia Woolf, Vita Sackville-West, Violet Trefusis

la-faunesse-renee-vivien

Image illustrant l’article :  « Olympia … Rêve de Noël », pantomime en 3 tableaux, avec Liane de Pougy et Rose Demay. Affiche de Manuel Orazi. source : gallica.bnf.fr / BnF

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut