Nouvelle : « Neuf pour cent »

En essayant d’imaginer à quoi ressemblera notre futur, c’est bien sûr notre présent que la science-fiction interroge. Avec cette nouvelle, j’ai voulu explorer une hypothèse aussi terrifiante que fascinante : celle d’un effondrement brutal de nos sociétés dû à la convergence de plusieurs crises : réchauffement climatique, pénurie énergétique, surpopulation et crises financières.

Pour approfondir ce sujet, je vous recommande la lecture du livre « Comment tout peut s’effondrer » de Pablo Servigne et Raphaël Stevens, aux Éditions du Seuil.   

 

Le 7 janvier 3032

 

Le mois dernier, Lasthope votait pour désigner son nouveau directeur de la Planification, Logistique & Distribution. Vous avez élu mon opposant, Akin Wheat, à une courte majorité. J’ai immédiatement reconnu ma défaite, puisque les élections semblaient s’être déroulées conformément aux règles, comme l’ont confirmé quelques jours plus tard les investigations du comité d’éthique. Dans l’intérêt de notre communauté, j’ai fait tout mon possible pour faciliter la transition. Je renouvelle mes vœux de réussite à Akin Wheat et à son équipe. Le nouveau Directoire aura la lourde tâche d’assurer la survie de Lasthope durant les trois prochaines années.

Après deux réélections et neuf années à la tête de notre communauté, l’heure était sans doute venue de passer la main. Je ne pouvais cependant pas quitter mes fonctions sans vous transmettre un dernier message, comme notre Charte m’y autorise. J’imagine la colère de mes détracteurs à la lecture de ce texte. Ils s’empresseront de dénoncer mes « provocations », mon discours « alarmiste » ou encore « irresponsable ». Il y a mille ans, ces mêmes mots servaient déjà à décrédibiliser ceux qui tentaient d’alerter l’humanité, d’éviter la catastrophe qui a fait basculer le monde dans l’horreur.

Remontons le fil du temps et intéressons-nous à l’année 2029. Quelques mois avant l’Effondrement, la population mondiale franchissait le cap des huit milliards d’individus. Cinquante ans plus tard, ils n’étaient plus que deux milliards. Actuellement, nos projections les plus optimistes estiment que la Terre ne compte plus que cinq millions d’êtres humains, dispersés au sein d’une centaine de communautés massées autour des pôles. Ces communautés, nous n’en connaissons que quelques-unes. Toutes ne sont pas pacifiques. Notre insularité, les expériences cumulées d’un millénaire passé à lutter pour notre survie, nous ont rendus isolationnistes.

Lire la suite

Nouvelle: « La signature de l’eau »

Vous pourrez trouver ici le texte intégral de cette nouvelle, écrite dans le cadre d’un atelier d’écriture dirigé par Estelle Faye.

Cet atelier faisait partie du projet  “La Terre, un scénario original ?”une expérience numérique et collective d’exploration des mondes au sein et hors du système solaire.

Estelle Faye a rédigé le début de la nouvelle (en italique ci-dessous), laissant aux participants le soin de poursuivre le récit.

Le vaisseau des Sourciers s’était posé deux jours plus tôt sur Nova Terra 56, dans une plaine de poussière turquoise, baignée par la lumière aux reflets grenat de l’étoile proche, et barrée au loin par une ligne de sommets dentelés, une chaîne de montagnes sans doute très jeune. Sur certains des pics, une calotte blanche étincelait dans la lueur rose. Des glaciers ?  Difficile de dire à cette distance. En tout cas il y avait de l’eau sur Terra 56. C’était la raison principale de la présence des Sourciers. Les capteurs du vaisseau avaient détecté la signature de l’eau depuis l’espace, dans le spectre lumineux de la planète. D’une manière générale, Terra 56 présentait des conditions quasi idéales pour fonder une nouvelle Terre. Elle était à la même distance de son étoile que la Première Terre de son Soleil. Elle était un peu plus grosse que la Première Terre, la gravité y était donc plus forte, et l’air était plus chargé en dioxyde de carbone, mais rien que des combinaisons adaptées ne puissent compenser. Et il y avait du mouvement à la surface de la planète. Etait-ce des éruptions volcaniques, des vents violents balayant un paysage désert, des pluies ou des orages peut-être ? Ou bien était-ce autre chose, davantage… ? Y avait-il de la vie sur Terra 56 ?

Lire la suite